alterjuifs

Cette chère Esther Benbassa

Ce texte de Pierre-André Taguieff est un extrait du chapitre du livre Philippe Muray intitulé « Pourquoi Muray nous manque », dans  Jacques de Guillebon & Maxence Caron (dir.),  Paris, Les Éditions du Cerf, 2011, pp. 443-470.

Nous le publions ici avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Esther Benbassa n’est pas une « nouvelle historienne » comme Shlomo Sand, mais comme lui c’est une vielle routière de la propagande antisioniste faite par les Juifs non-Juifs. Dans ce texte, Pierre-André Taguieff paie l’hommage à son insignifiance intellectuelle.

**************************************************************************************************

L’insignifiance est partout, de l’esthétique au politique, et toujours accompagnée d’un mélange d’arrogance et de moralisme. Une morale minimaliste qui n’engage à rien, une politique sentimentale sans ancrage dans le réel. Personne ne peut être contre, mais nul ne se sent obligé ni exalté par ses prescriptions vagues et douces. Qui serait, par exemple, contre le doux message « Paix et Justice dans le monde » ? Qui rejetterait l’affirmation caressante « Nous sommes tous frères » ou le tendre impératif « Soyons tous frères » ? Qui oserait récuser le « vivre-ensemble », le « partage » et le « dialogue » ? Comment ne pas communier festivement dans la « lutte contre les discriminations » ? Il y a des « journées », des « semaines » et des « quinzaines » pour cela. Avec des stands parfois tenus par de grotesques dames patronnesses d’un nouveau genre, débitant des boniments confus du type « Socialisons nos différences ! » Pourquoi donc ne pas « socialiser » le fanatisme, la sottise, les fautes de syntaxe ou la grippe aviaire qui, comme les « différences », font partie du réel ?

      Il faut lire sans plus attendre la prose militante d’Esther Benbassa, d’un politiquement correct irréprochable, enchaînant truismes et poncifs : « Le repli est la fin du vivre-ensemble. Nos communautés respectives ne sont pas plus égalitaires ni plus solidaires que le reste de la société. (…) Rappelons-nous, Juifs et musulmans, que nous avons longtemps vécu ensemble en terre d’islam (…) Il n’est pas trop tard pour tenter de retrouver un modus vivendi qui nous a déjà, par le passé, permis de nous enrichir mutuellement d’une culture partagée. (…) Et si un mariage d’amour semble impossible, alors contentons-nous pour commencer d’un mariage de raison. (…) C’est dans cet esprit que nous avons préparé “Le Pari(s) du Vivre ensemble”. Toute une semaine, du 19 au 26 mars [2006], avec des débats, des activités ludiques, de la musique métissée, des ateliers pour enfants, un match de foot mixte, des interventions en milieu scolaire, des concours, pour lutter contre les discriminations et favoriser la rencontre des différences. Une semaine pour que la société civile soit entendue, avec ses voix multiples et colorées de la France de demain. [1]» Et chaque année, ça recommence. Que du « mixte », que du « métissé » : en un mot, « que du bonheur » – comme on dit à la télé.  Inlassable comme toujours, la bêtise est aujourd’hui multicolore. Comme la vache imaginée par Nietzsche, qui disait méchamment de Georges Sand la socialiste : « vache à écrire ». Un certain nombre de vaches bonimenteuses, accompagnées ou non, se sont désormais spécialisées dans une espèce particulière de baratinologie moralisante, mêlant l’appel à reconstituer le « lien social », l’incitation au « vivre-ensemble » (ne pas oublier le très scientifique trait d’union) et le devoir de « lutter contre l’exclusion », sur fond de lutte pour l’extension de tous les droits (les seuls droits-créances, sans les devoirs ni les obligations). Certains appellent cela, trop vaguement, « antiracisme ». Dans les années 1980, la gauche antiraciste de tendance mélangiste rabâchait la triade métaphorique : « Couscous-paëlla-pizza ». On appelait déjà à consommer de l’hybride et du métissé. Mais nul se risquait – déjà – à ajouter « cassoulet ». Trop évidemment franchouillard, c’est-à-dire ringard. En un mot : « souchien »[2].  

      Qui ne connaît désormais cette grande professionnelle de la « com » qu’est Madame Benbassa, régnant sur un vaste réseau d’« amis » ? Parfaite Madame Irma de film comique, avec l’accent et le reste, sortie de sa roulotte de diseuse de bonne aventure du Périphérique pour exercer ses talents côté Sorbonne, avec une incomparable mégalomanie. Elle est montée dans le train des opportunistes et autres carriéristes avisés qui ont rallié l’étendard « progressiste » d’un antiracisme d’entrepreneurs de spectacles. Sa spécialité : la mise en scène « antiraciste » de la haine d’Israël. Au printemps 2009, cette Bécassine délicieusement exotique s’inquiétait de savoir comment l’on pouvait « être juif après Gaza ». Après avoir confié ses doutes médiatiques à toute la presse française, étrangement bienveillante à l’égard de tous les diabolisateurs de l’État juif, la gazophile comblée a réussi à survivre au traumatisme, continuant de prendre son petit déjeuner et prospérant de plus belle dans le spectacle « antiraciste ». Il paraît même qu’elle a confectionné un dictionnaire sur la question de « l’exclusion » avec l’aide du très savant Thuram, pour lequel on espère un poste ministériel bien mérité. Depuis l’ère mitterrandienne, les machines antiracistes sont en effet dans les mains d’organisateurs de galas d’un type particulier : ils organisent des galas au profit des organisateurs de galas, eux-mêmes. Les malins qui tiennent boutique des bons sentiments sloganisés, aussi insipides soient-ils, se pavanent sur la place publique, assurés de n’avoir nul contradicteur.


[1] « Vivre ensemble. Un pari », http://www.saphirnews.com, 14 mars 2006.

[2] « Souchien » ou « sous-chien » : terme exprimant un profond mépris pour les Français dits « de souche » (synonyme : « les blancs »), introduit dans le langage médiatique par l’égérie du Mouvement des Indigènes de la République, Houria Bouteldja, admiratrice du Hamas et du Hezbollah, et l’une des favorites du journaliste-animateur Frédéric Taddéi, qui la sur-invite à son émission « Ce soir ou jamais » (France 3). Voir http://www.dailymotion.com/video/x628u5_houria-bouteldja-le-visage-de-la-ha_news

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s